Saillant, la politique coopérative

Les pédagogies coopératives semblent prêtes à faire une percée dans l'enseignement public français, si l'on en croît le succès du récent livre de Sylvain Connac (Apprendre avec les pédagogies coopératives: Démarches et outils pour l'école - éditions ESF) dont nous publierons bientôt une recension. Dans le domaine politique, une même aspiration se fait jour si l'on en croît un article publié par Le Monde dans son édition du 20 avril 2016 sous le titre : “La politique en circuit court“. 

La journaliste, Maud Dugrand, décrit une expérience de participation des citoyens à l'élaboration des projets de la municipalité et aux prises de décision faite dans les villages de Saillans (Drôme) et Veynes (Hautes-Alpes).

Une expérience de démocratie coopérative

En 2013, à Saillans, un bon nombre des habitants s'opposent à la volonté du maire de l'époque d'implanter un supermarché Casino non loin du centre du bourg pourtant bien doté en petits commerces. Des manifestations de protestation sont organisées et une pétition regroupe 800 signatures. Casino renonce à son projet. Fort de cette victoire, des habitants décident de se mobiliser pour les municipales à venir d'une manière originale.

Organisés en groupes thématiques, des volontaires diagnostiquent les besoins de leur commune. Ils ébauchent l'ossature d'un programme pour une liste de candidats à la mairie et débattent des qualités que devrait avoir le futur maire. A l'issue de la troisième réunion publique : un nom émerge, celui de Vincent Beillard, 41 ans, veilleur de nuit dans un centre pour adultes handicapés "jugé le plus apte à animer une équipe au service du collectif“.

Au soir du premier tour des municipales de 2014, la liste menée par Vincent Beillard l'emporte avec 56,8% des suffrages avec une participation de 80% des électeurs.

La nouvelle équipe décide de poursuivre sur sa lancée coopérative ; elle crée 7 Groupes “action-projet“ (GAP), décidées pendant la campagne électorale, dans lesquelles s'inscrivent 250 volontaires ! Les thèmes de travail sont : l'école et ses nouveaux rythmes, la rivière Drôme, la circulation, les parkings, le lien social, la santé, la salle des fêtes. Un “Conseil des sages“ veille au respect de l'éthique de la démarche : transparence, collégialité et participation.

Tristan Rechid, directeur d'un centre social à Die, est le porte-parole de l'expérience ; il déclare : “Notre projet est apolitique au sens des partis. L'unique proposition est celle d'une réelle participation citoyenne et du retour à un véritable fonctionnement démocratique dans notre pays."

Réfléchissons un instant : dans la plupart des 36000 communes de France, une fois que les électeurs ont désigné leur conseil municipal et leur maire, à quoi sont-ils invités ? Au mieux à participer à une réunion d'information annuelle où la municipalité présente ses choix et ses réalisations tandis qu'ils écoutent sagement. En politique comme à l'école, le monologue l'emporte sur le dialogue et la participation est réduite au minimum. Ne nous étonnons pas si les français , à commencer par les jeunes, se détournent de la politique.

Nous sommes plus intelligents à plusieurs

A Saillans, l'expérience se développe : 13 citoyens de la commune ont été formés à l'animation de la démarche de "co-construction entre élus et citoyens“ en vue de la révision du plan d'urbanisme.

Un nouveau modèle d'alternative politique serait-il en train d'émerger ? S'interroge Maud Dugrand, l'auteure de l'article. En tous cas, à Saillans aux élections régionales, la liste du Front National n'a obtenu que 13,1% soit deux fois moins que son score régional.

L'adjoint à l'économie et à la transparence, Fernand Karagiannis, déclare : “Nous avons tenu soixante-dix réunions publiques l'année dernière. Rien n'est facile, mais je doutais d'aller aussi loin dans l'action. Nous vivons tous les jours la preuve que nous sommes plus intelligents à plusieurs.“

"Etre plus intelligents à plusieurs“ ou “mettre les cerveaux en ligne“, c'est la définition même de l'apprentissage coopératif. Cette approche, élargie à la politique locale, a permis aux Saillansons de mettre en oeuvre plusieurs projets novateurs dont “Coworks Saillans“, une association installée dans un espace de travail partagé qui accueille une dizaines de travailleurs ruraux indépendants et “Court-Circuit“, une association d'achats de denrées alimentaires sans intermédiaires permet de rapprocher producteurs et consommateurs.

Vers une démocratie coopérative à tous les niveaux du pays ?

Le défi que Saillans lance à la démocratie peut-il s'étendre ? Déjà plusieurs villages limitrophes s'intéressent à l'expérience de "municipalité participative“. A l'heure des réseaux sociaux, ne peut-on imaginer qu'il en soit de même à l'échelon régional et même national ?

Dans tous les cas, une chose est certaine : on voit combien le développement des pédagogies coopératives, à l'école et dans les mouvements péri-scolaires, est une préparation directe à la démocratie coopérative. Ce thème va-t-il être pris en compte dans l'enseignement de l'ENA ?

 

Dominique Bénard


Écrire commentaire

Commentaires: 0